Abonnements hors Store : nouvelle tendance ?

LeChatNoirLeChatNoir Membre, Modérateur

Salut,

J'ai noté sur 2 applis existantes que les dev ont fait le choix de passer à l'abonnement et de sortir du système des stores (AppStore et PlayStore). Pour se faire, ils proposent d'aller s'abonner sur leur site web (ils utilisent Stripe comme processeur de paiements) en créant un compte utilisateur et ensuite, dans les applis, tu n'as plus qu'à te connecter avec ton compte et basta, ça te débloque tout le contenu.

Se faisant, ils s'affranchissent de la taxe Apple/Goole.

Vous en pensez quoi ?

:)

Réponses

  • DrakenDraken Membre

    Tout dépend de la complexité de mise en oeuvre et des coûts supplémentaires. Je ne connait pas Stripe. C'est certainement intéressant pour les grosses applications avec des flux financiers considérables. A voir ce que peut donner pour un petit développeur.

  • CéroceCéroce Membre, Modérateur

    Ce n'est pas une nouvelle tendance, ça fait 10 ans que c'est ainsi! Les règles de l'AppStore dictent que ton appli n'a pas le droit de renvoyer vers une page pour s'abonner. Aussi, certaines applis permettent de s'abonner au sein de l'appli, mais… 30% plus cher.

    Ce qui est plus nouveau est que certaines applis réputées ont retiré la possibilité de s'inscrire au sein de l'appli. Elles considèrent — à raison — qu'étant assez connues, les clients iront s'abonner directement sur leur site. Le meilleur exemple étant Spotify.

    Depuis trois ou quatre ans, le marché a changé; on ne pense plus «appli» mais «solution». Je l'avais bien ressenti dans mon métier quand j'étais freelance. Les projets sont devenus plus gros avec une appli iOS mais aussi Android et un site web.

  • muqaddarmuqaddar Administrateur

    Je ne sais pas si ça vaut le coup. Il faut se souvenir que Apple prend 15% et non 30% dès la deuxième année.
    Si on compare donc les 15% avec:

    • les frais de commissions de Stripe (? 3% )
    • le temps d'installation du système dans son app et sur le serveur
    • le fait de ne pas pouvoir faire de lien depuis son app
      => à mon avis, un petit dev a besoin de se faire connaître et faire connaître sa solution et surtout faire le marketing et pousser à l'abonnement depuis son application
  • CéroceCéroce Membre, Modérateur

    Sans compter la friction très faible pour contracter un abonnement sur l'AppStore. Un petit coup de TouchId et FaceId et hop.

  • PyrohPyroh Membre

    Pour les indés la taxe du store est bien justifiée dans la mesure où Apple s'occupe de tout de l'hébergement de l'app à la collecte des fonds. Le tout pour $99 flat fee + 30% du CA. On a un peu l'impression de tenir une pizzeria à Little Italy mais assurer sa propre protection gérer une telle infrastructure soit-même est très compliqué et coûteux quand on débute.

  • muqaddarmuqaddar Administrateur

    Le problème c'est que les 30% "servent" aussi aux apps gratuites qui consomment beaucoup + de ressources serveur et réseau chez Apple, et qui ne rapportent rien à Apple. Donc indirectement, les apps payantes payent pour les apps gratuites.

  • klogklog Membre

    @muqaddar a dit :
    Le problème c'est que les 30% "servent" aussi aux apps gratuites qui consomment beaucoup + de ressources serveur et réseau chez Apple, et qui ne rapportent rien à Apple. Donc indirectement, les apps payantes payent pour les apps gratuites.

    D'une manière générale, il serait plus logique d'avoir un fixe et non un pourcentage (ou au moins un petit fixe et un petit pourcentage), parce que les couts d'hébergements et de gestion des paiements sont relativement indépendants du prix de vente d'une application. Sauf que ça bouleverserait tellement les stores en conduisant mécaniquement à une remontée des tarifs, pénalisant les petits prix et évidement le gratuit, que l'écosystème des stores en serait irrémédiablement foutu.

    D'ailleurs si on regarde ce système d'un point de vue "écologique", il est aux antipodes du principe pollueur/payeur. Les apps gratuites engendrent la même pollution que les payantes (peut-être même plus, dans la mesure où elles génèrent souvent plus de téléchargements), mais ne collecteront jamais de quoi la compenser.

  • muqaddarmuqaddar Administrateur

    D'ailleurs, plus elles sont gratuites, plus les gens téléchargent "pour voir", donc ils vont en essayer 10 avant d'en trouver 1. On peut pas leur en vouloir, mais c'est sûr que niveau écologique... Qudn tu dois dépenser 5 euros pour une application, tu vas passer + de temps à lire le texte de présentation et les avis. ;-)

  • Oh pitié, arrêtez avec ça. Franchement quel est le coût écologique d'une application téléchargé à partir des serveurs 100% énergie renouvelable, en comparaison d'une heure de streaming NetFlix ? Sachant qu'il y a 140 millions d'abonnés à NetFlix, avec une durée moyenne d'utilisation de 2 heures ? Sans parler des gens comme moi, qui aiment réunir quelques amis pour se faire des marathons de séries pendant un WE.

    Sans parler d'Amazon Prime vidéo, de Disney+ et de leurs petits camarades.

  • klogklog Membre

    @Draken a dit :
    Oh pitié, arrêtez avec ça. Franchement quel est le coût écologique d'une application téléchargé à partir des serveurs 100% énergie renouvelable...

    Des serveurs 100% énergie renouvelable ? T'es pas sérieux ? Apple n'abrite pas l'intégralité de ses services dans ses 3 ou 4 malheureux centres de données... Elle fait appel aux infrastructures d'Amazon et de Microsoft.

    @Draken a dit : ...en comparaison d'une heure de streaming NetFlix ? Sachant qu'il y a 140 millions d'abonnés à NetFlix, avec une durée moyenne d'utilisation de 2 heures ? Sans parler des gens comme moi, qui aiment réunir quelques amis pour se faire des marathons de séries pendant un WE.

    Sans parler d'Amazon Prime vidéo, de Disney+ et de leurs petits camarades.

    Mais je m'en contrefous ! On qualifie le modèle économique des App Stores relativement à leurs empreintes écologiques et au principe pollueur/ payeur, et le fait qu'avec ce modèle, l'infrastructure est surtout financée par les applications les plus couteuses.

    Si par exemple un état impose une taxe pour compenser les dégâts écologiques de ces centres de données, seules les apps payantes et leurs clients la paieront. C'est tout ! Je ne vois pas en quoi le fait qu'Apple soit plus sobre que Netflix, Disney ou Amazon vient faire dans cette discussion.

  • muqaddarmuqaddar Administrateur

    @Draken a dit :
    Oh pitié, arrêtez avec ça. Franchement quel est le coût écologique d'une application téléchargé à partir des serveurs 100% énergie renouvelable, en comparaison d'une heure de streaming NetFlix ? Sachant qu'il y a 140 millions d'abonnés à NetFlix, avec une durée moyenne d'utilisation de 2 heures ? Sans parler des gens comme moi, qui aiment réunir quelques amis pour se faire des marathons de séries pendant un WE.

    Sans parler d'Amazon Prime vidéo, de Disney+ et de leurs petits camarades.

    On pourrait aussi parler du coût écologique de 90% des emails qui sont des spams...

    Bref, la discussion n'était pas vraiment sur l'éoclogie au début, mais plutôt sur qui paie les 30%/15% réellement... pour les autres. Mais je ne me plains pas, je constate. :-)

  • Pour ma part l'intérêt de vendre en dehors de l'app Store
    C'est surtout pour les deux points suivants:
    Tu connais qui a acheter le logiciel, c'est un véritable plus pour le support.
    Et surtout tu évites que Apple te casse les bonbons quand tu fais les mises a jours ;)

  • LeChatNoirLeChatNoir Membre, Modérateur

    Chez Google, tu payes pas les 99 euros par an. Tu payes juste une fois pour une appli et pas très cher (je sais plus mais de mémoire autour de 30 euros).
    De mon côté, je trouve tjs cette taxe de 30% trop élevée. Et d'inviter à passer à l'abonnement pour faire baisser cette taxe, j'aime pas.

    Pour la petite histoire, ce sont 2 concurrents à ClimbingAway qui se sont lancés là dedans pour la vente de topos numériques :
    => VerticalLife qui est une startup qui fait énormément de marketing et très dynamique et qui a du levé des fonds car la vente de topo numérique ne rapporte pas assez pour faire tout ça
    => Rockfax qui est une grosse boite historique qui a des ronds.

    On ne peut pas parler de "Gros éditeurs" mais effectivement, ce ne sont pas des indépendants.

    Dans les 2 cas, ce n'est effectivement pas facile d'aller souscrire un abonnement. On est effectivement loin du "TouchId" ou "FaceId"...

    Du côté de ClimbingAway, on en est encore à l'achat InApp non consommable à l'unité (iOS et Android pareil). Donc on se tape les 30%.

  • muqaddarmuqaddar Administrateur

    Bein moi aussi j'aimerais bien 15% même en vente directe... ;)
    Après, on ne pourra jamais comparer avec Google qui gagne sa vie avec de la pub.
    Combien prend Microsoft ?

  • klogklog Membre
    16 août modifié #16

    @muqaddar a dit :
    Combien prend Microsoft ?

    Le compte dev est à 19$ pour un particulier et 99$ pour une entreprise.

    Le pourcentage reversé par grosoft est de 95% hormis les jeux et Xbox et les logiciels achetés avec un compte entreprise ou éducation. Pour ces autres cas c'est 70%. Si la vente est générée suite à une recherche dans le windows store ou par un lien promu par Grosoft, ca passe à 85%. Le taux de 95% vaut donc pour les logiciels vendu par un lien direct ou un achat inApp.

  • muqaddarmuqaddar Administrateur

    @klog a dit :

    @muqaddar a dit :
    Combien prend Microsoft ?

    Le compte dev est à 19$ pour un particulier et 99$ pour une entreprise.

    Le pourcentage reversé par grosoft est de 95% hormis les jeux et Xbox et les logiciels achetés avec un compte entreprise ou éducation. Pour ces autres cas c'est 70%. Si la vente est générée suite à une recherche dans le windows store ou par un lien promu par Grosoft, ca passe à 85%. Le taux de 95% vaut donc pour les logiciels vendu par un lien direct ou un achat inApp.

    Merci !

  • HarloHarlo Membre
    16 août modifié #18

    Bah, pour l'écologie ça va venir. Un datacenter dans l'espace (bon refroidissement), panneaux solaire pour l'alimentation, switch [à intrication] quantique pour un lag réduit au minimum depuis la terre ou n'importe où dans l'univers et c'est parti. A voir les coûts de maintenance... on répare le module ou on l'envoie vers le soleil et on en met un nouveau :D

  • klogklog Membre

    @Harlo a dit :
    Bah, pour l'écologie ça va venir. Un datacenter dans l'espace (bon refroidissement), panneaux solaire pour l'alimentation, switch [à intrication] quantique pour un lag réduit au minimum depuis la terre ou n'importe où dans l'univers et c'est parti. A voir les coûts de maintenance... on répare le module ou on l'envoie vers le soleil et on en met un nouveau :D

    :D

  • PyrohPyroh Membre
    17 août modifié #20
    C’est sans mentir la vision que ma mère a du cloud. Un jour elle m’a demandé comment les photos allaient de son iPhone jusqu’aux satellites pour y être stockées.
    Je ne pense pas qu’elle ait envisagé l’intrication quantique par contre...
  • HarloHarlo Membre

    Elle a peut-être lu l'article sur wikipedia.

    Par contre, on démontre que les états intriqués ne peuvent pas être utilisés pour communiquer d'un point à un autre de l'espace-temps plus vite que la lumière. En effet, les états de ces deux particules sont seulement coordonnés et ne permettent pas de transmettre une information : le résultat de la mesure relatif à la première particule est toujours aléatoire. [...] Les corrélations entre les deux mesures ne pourront être détectées qu'une fois les résultats comparés, ce qui implique nécessairement un échange d'information classique, respectueux de la relativité.

    Ma théorie sur la communication plus rapide que la vitesse de la lumière vient de s'effondrer :'(

    Mauvais codeur, mauvais théoricien en physique quantique... j'vais p'têt'e élever des chèvres, ça doit pas être aussi compliqué ça 😋

  • PyrohPyroh Membre

    @Harlo a dit :
    Mauvais codeur, mauvais théoricien en physique quantique... j'vais p'têt'e élever des chèvres, ça doit pas être aussi compliqué ça 😋

    Fais gaffe y'a aussi moyen d'être un mauvais éleveur 😉

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.