NFT

Pour ceux qui s'intéressent aux NFT, je leur conseille la plateforme Hic et nunc qui se base sur la blockchain Tezos au lieu de celle d'Ethereum. L'intérêt est double: frais dérisoire et rapidité.

A propos, quelqu'un ici a-t-il essayé de développer un smart contract sur Tezos?

Mots clés:

Réponses

  • PyrohPyroh Membre

    @Rocou a dit :
    A propos, quelqu'un ici a-t-il essayé de développer un smart contract sur Tezos?

    Non moi j'ai pris le parti d'attendre que ça crève tout seul cette mode de la blockchain.

  • RocouRocou Membre
    29 sept. modifié #3

    @Pyroh a dit :

    @Rocou a dit :
    A propos, quelqu'un ici a-t-il essayé de développer un smart contract sur Tezos?

    Non moi j'ai pris le parti d'attendre que ça crève tout seul cette mode de la blockchain.

    J'ai connu des gens qui attendaient que la mode de l'Internet crève :)
    La blockchain, maintenant que les banques centrales ont toutes la volonté de créer leur propre cryptomonnaie, je doute que cette technologie "crève".
    Quant aux NFT, c'est une incroyable révolution. Pour ceux qui ne connaissent pas, un NFT est un jeton non fongible. Autrement dit, il permet de rendre unique un objet numérique (Place de concert, photo, etc.).

  • PyrohPyroh Membre

    @Rocou a dit :smile:
    J'ai connu des gens qui attendaient que la mode de l'Internet crève :)

    Bah la bulle a fait "pop" et des gens ont perdu énormément d'argent dans le processus. La technologie est restée, les usages se sont normalisés mais on a compris que ça n'était pas une source d'argent magique...

    La blockchain, maintenant que les banques centrales ont toutes la volonté de créer leur propre cryptomonnaie, je doute que cette technologie "crève".

    Oui alors ça c'est discutable. La BC de Chine a déclaré les Crypto-monnaies illégales la semaine dernière. La BCE tente le coup avec son Euro numérique pour éviter de devoir tremper dans les cryptos non régulées.
    Après, oui, certaines BC de certains pays —qui, disons-le, ne sont pas des acteurs économiques majeurs— ont adopté ou cherchent à adopter les cryptos. Maintenant de là à dire qu'ils cherchent surtout à arrêter de voir leur monnaie nationale se faire massacrer tous les 4 matins face au dollar il n'y a qu'un pas...

    J'ajouterai aussi que l'échange de cryptos ressemble quand même fort à du commerce pyramidal où il faut sans-cesse faire des nouveaux adeptes pour alimenter la machine. Parce que c'est ça qui crée la valeur toute relative de ces *coins : l'argent que les gens injectent dedans sur les places d'échange, rien d'autre.

    Pour le bitcoin on va pas se mentir mais sans les Silk Road et autres clones d'eBay où tout (TOUT) est possible le succès n'aurait pas été le même. Le schéma est somme toute assez classique, une ressource (le BTC), devenue indispensable pour une certaine activité économique, intéresse subitement des investisseurs qui y voient un nouvel eldorado. Et là le top c'est que ça n'est pas régulé comme tout le reste (littéralement). S'ouvre alors la voie à toutes les manipulations de marché possibles et imaginables sans même risquer un rappel à l'ordre de quelconque autorité. Et encore moins la taule. Le rêve...

    On va éviter de parler de l'impact environnemental de tout ceci ça me courroucerait, je roule en hybride. Et oublie le classique oui mais d'autre trucs consomment bien plus et on dit rien.... Non, on retoquerait dans l'instant un enfant avec le même genre d'argument... Bref un gâchis de ressource monumental.

    Quant aux NFT, c'est une incroyable révolution. Pour ceux qui ne connaissent pas, un NFT est un jeton non fongible. Autrement dit, il permet de rendre unique un objet numérique (Place de concert, photo, etc.).

    L'idée du siècle ! Ou comment rendre monétisable un truc inerte dont tout le monde se fout: le rendre (virtuellement) unique. L'argent magique, rien de plus. Mais là pour le coup on se rapproche de ce qui existe dans l'art, dans le monde des collectibles, du pinard ou toutes ces choses qu'on entasse en attendant qu'elles prennent de la valoir.

    Note que je trouve ça stupide mais paradoxalement ça répond à un besoin, largement secondaire, mais un besoin. Le besoin de pouvoir détenir l'unique exemplaire, sorte d'artefact, pour on ne sait quelle raison. Même si la nature numérique du-dit artefact rend sa copie à l'identique triviale et instantanée.
    Je ne déplorerai que le gâchis de ressources mais si ça permet à des artistes qui ne travaillent que le numérique de vivre de leur art, pourquoi pas. Mais "incroyable révolution" faut pas pousser. Je me demande combien de ces généreux acheteurs misent sur une probable déduction fiscales des NFTs "comme pour les oeuvres d'art".

    D'une manière générale ce que je reproche à cette mode la blockchain (mode, pas technologies) c'est qu'elle ne repose sur rien d'autre qu'un groupe d'individus qui se sont mis d'accord pour donner de la valeur à un truc qui n'existe pas et ne devrait pas en avoir. Ça attire d'autres individus avec l'espoir d'y croquer également. Ça occasionne parfois des drames et des économies —souvent unique moyen de subsistance— perdues en espoir de vie meilleure.
    Les implications vont bien au delà du trading de fin de journée, on parle de destructions d'environnements due à la surconsommation engendrée par —pour le coup— la technologie blockchain. De manipulations financières perpétrées au grand jour due à la dérégulation intrinsèque des cryptos. Sans parler des vols sous couvert de faux services de cryptos pourtant trop beaux et révolutionnaires pour être vrais. Les gouvernements vont finir par y jeter un oeil un poil plus curieux qu'actuellement et ça va finir par faire "pop" ou "BOOM" selon le degré d'investissement.

    Pour la technologie en elle-même, pourquoi pas. Je ne l'ai simplement toujours pas vue mise en pratique de manière réellement novatrice. Quel problème permet-elle de régler qui est à ce jour en attente ? Ou même quel problème pourrait-elle régler de manière plus efficace ? Je ne vois pas.

    En 2018 un de mes clients était un grand producteur d'acier. Il y a tout un tas de problématiques liées à a
    production, à la vente et au shipping, comme on peut s'en douter: traçabilités diverses, certificat de conformité de l'acier, déclarations de douanes sans compter les sous qu'il faut compter, etc... Une étude a été lancée et le constat était sans appel tant la blockchain présentait plus d'inconvénients sans pour autant faire mieux que les solutions existantes. Pareil chez un célèbre gestionnaire de réseau électrique (ailleurs qu'en France).

    Voilà le fond de ma pensée sur la blockchain qui ne me dérangerait pas si elle n'était pas si énergivore. Parce que dans le fond les gens qui perdent leurs économies ou qui s'enrichissent ça existe depuis des dizaines d'années avec les marchés financiers. Et ça je m'en tape. Mais je ris toujours un bon coup quand ça fait "pop". Rien que le son "pop" me rend déjà hilare.

  • DrakenDraken Membre

    Parce que dans le fond les gens qui perdent leurs économies ou qui s'enrichissent ça existe depuis des dizaines d'années avec les marchés financiers.

    Bien plus longtemps que ça. La première bulle spéculative connue est celle des bulbes de tulipes, en Hollande. Le prix avait progressivement augmenté, pour atteindre des chiffres hallucinants, un seul bulbe pouvant coûter plus cher qu'une maison !

    Cela s'est brutalement effondré en Janvier 1637. Pop !

    https://www.fdccapital.fr/crise-boursiere-1637/

  • RocouRocou Membre
    30 sept. modifié #6

    @Pyroh a dit :smile:

    Oui alors ça c'est discutable. La BC de Chine a déclaré les Crypto-monnaies illégales la semaine dernière.

    Cela ne fera que la 13e fois en 10 ans que la Chine déclare les cryptomonnaies illégales :)
    Cependant, notons les deux processus réels:
    1- La Chine est en train de mettre en place son Yuan numérique. D'où l'interdiction de la concurrence.
    2- Les communistes sont en train de reprendre la main en Chine et les effets se sont fait sentir rapidement:

    • Interdiction du minage de cryptos puis fixation autoritaire des prix de l'électricité -> pénurie

    Après, oui, certaines BC de certains pays —qui, disons-le, ne sont pas des acteurs économiques majeurs— ont adopté ou cherchent à adopter les cryptos. Maintenant de là à dire qu'ils cherchent surtout à arrêter de voir leur monnaie nationale se faire massacrer tous les 4 matins face au dollar il n'y a qu'un pas...

    Expériences interessantes à observer néanmoins. Au Salvador, un tiers des habitants paient en Bitcoin: il y a plus de gens qui paient en Bitcoin que de gens possédant un compte bancaire.
    Le but du gouvernement était double: permettre à ceux qui n'ont pas de compte bancaire de pouvoir accéder à certains services et se désengager peu à peu du dollar US (qui a cours légal au Salvador)

    J'ajouterai aussi que l'échange de cryptos ressemble quand même fort à du commerce pyramidal où il faut sans-cesse faire des nouveaux adeptes pour alimenter la machine. Parce que c'est ça qui crée la valeur toute relative de ces *coins : l'argent que les gens injectent dedans sur les places d'échange, rien d'autre.

    Non. Ce qui créé la valeur, c'est la confiance. C'est pareil que pour le monnaie fiat. Quand les gens n'ont plus confiance, la monnaie s'écroule (cf Zimbabwe et Vénézuela)

    Pour le bitcoin on va pas se mentir mais sans les Silk Road et autres clones d'eBay où tout (TOUT) est possible le succès n'aurait pas été le même.

    Tu peux dire la même chose du cash.

    On va éviter de parler de l'impact environnemental de tout ceci ça me courroucerait, je roule en hybride.

    Il existe plusieurs types de blockchain: celle de Bitcoin dite "Proof of work". La dépense énergétique sécurise le réseau et génère ainsi la valeur et la confiance dans ce protocole.
    Cependant il existe d'autres protocoles, comme le "Proof of Stake (PoS)" (preuve d'enjeu), qui ne consomme rien. Les plus grosses blockchains actuelles sont en PoS (ou vont le devenir comme Ethereum)

    L'idée du siècle ! Ou comment rendre monétisable un truc inerte dont tout le monde se fout: le rendre (virtuellement) unique.

    Je pense que tu n'as pas pris conscience de l'enjeu. Pourtant en tant que développeur tu devrais être aux premières loges puisque les NFT permettent de savoir qui est propriétaire de quoi. Tu peux ainsi de façon sure savoir si tel utilisateur de ton application à le droit ou non de l'utiliser.
    Il s'agit d'une forme de certificat numérique qui n'est pas délivré par une entité (entreprise, gouvernement, individu) mais par un protocole. Les règles sont connues de tous, elles sont irrévocables.

    Les NFT résolvent tous les soucis concernant la propriété intellectuelle: tu peux enfin être sûr que sur une infinité de copies, seules celles définies par le créateur sont authentiques. Le créateur à décidé qu'il n'existerait que 10 copies d'une oeuvre? Et bien une fois le smart contact activé, même le créateur ne peut changer cela.

    D'une manière générale ce que je reproche à cette mode la blockchain (mode, pas technologies) c'est qu'elle ne repose sur rien d'autre qu'un groupe d'individus qui se sont mis d'accord pour donner de la valeur à un truc qui n'existe pas et ne devrait pas en avoir. Ça attire d'autres individus avec l'espoir d'y croquer également.

    Ce n'est pas propre à la blockchain. C'est l'économie libérale qui veut cela, c'est la loi de l'offre et de la demande. L'alternative, c'est que la valeur soit arbitrairement fixée par l'autorité.

    Ça occasionne parfois des drames et des économies —souvent unique moyen de subsistance— perdues en espoir de vie meilleure.

    Encore une fois comme beaucoup de choses. Ce n'est pas la blockchain qui génère ce type de comportement.

    Sans parler des vols sous couvert de faux services de cryptos pourtant trop beaux et révolutionnaires pour être vrais.

    Absolument tout ce qui génère de la valeur attire les arnaqueurs. Encore une fois, ce n'est pas propre à la blockchain.

    Les gouvernements vont finir par y jeter un oeil un poil plus curieux qu'actuellement et ça va finir par faire "pop" ou "BOOM" selon le degré d'investissement.

    C'est LE risque de l'investissement en cryptomonnaie. La menace c'est effectivement les Etats.
    Et il ne feront certainement pas cela pour protéger les populations mais pour garder le contrôle.

    Pour la technologie en elle-même, pourquoi pas. Je ne l'ai simplement toujours pas vue mise en pratique de manière réellement novatrice. Quel problème permet-elle de régler qui est à ce jour en attente ? Ou même quel problème pourrait-elle régler de manière plus efficace ? Je ne vois pas.

    C'est parce que tu ne t'y intéresses pas. Pense à tous les domaines qui exigent un tiers de confiance (banques, notaires, etc.). Imagine que tu puisses emprunter de l'argent et investir sans banquier, sans personne.
    Je dis "imagines" mais c'est du réel, c'est effectif, ça fonctionne, c'est opérationnel.
    L'achat, la vente de devises, le transfert d'argent, les prêts, les crédits, le trading, les paris, les assurances, tu peux faire tout cela avec un simple accès internet et sans faire intervenir quiconque.

    En 2018 un de mes clients était un grand producteur d'acier. Il y a tout un tas de problématiques liées à a
    production, à la vente et au shipping, comme on peut s'en douter: traçabilités diverses, certificat de conformité de l'acier, déclarations de douanes sans compter les sous qu'il faut compter, etc... Une étude a été lancée et le constat était sans appel tant la blockchain présentait plus d'inconvénients sans pour autant faire mieux que les solutions existantes. Pareil chez un célèbre gestionnaire de réseau électrique (ailleurs qu'en France).

    Oui parce que ces gens là ont voulu créer leur propre blockchain centralisée, ce qui est un non sens. Soit les décideurs n'ont pas compris les fondamentaux, soit le côté marketing, le côté "hype" de la blockchain les a séduit.
    Une blockchain doit être décentralisée, sinon elle perd tout son intérêt et mieux vaut alors une bonne base de données centralisés bien plus performante.

  • RocouRocou Membre

    @Draken a dit :

    Parce que dans le fond les gens qui perdent leurs économies ou qui s'enrichissent ça existe depuis des dizaines d'années avec les marchés financiers.

    Bien plus longtemps que ça. La première bulle spéculative connue est celle des bulbes de tulipes, en Hollande. Le prix avait progressivement augmenté, pour atteindre des chiffres hallucinants, un seul bulbe pouvant coûter plus cher qu'une maison !

    Cela s'est brutalement effondré en Janvier 1637. Pop !

    https://www.fdccapital.fr/crise-boursiere-1637/

    C'est un mythe. Un mythe basé sur des pamphlets anti-spéculateurs. Il n'y a aucune trace de cela dans les données économiques des années 1630.
    Cependant, même en admettant cette histoire, celle-ci n'a même pas durée deux ans. Le Bitcoin, nous en sommes à 11 ans d'existence.

    Ceci dit, les tulipes c'est une chose, les actions Eurotunnel en sont une autre, très bien documentées pour le coup ;)

  • PyrohPyroh Membre

    @Rocou a dit :
    Plein de choses

    Concrètement il n'y a aucun domaine dans lequel la blockchain est indispensable. J'ai déjà contracté un prêt voiture depuis mon canapé avec mon iPad. Pas de blockchain à l'époque. Les logiciels sont vendus et utilisés sous license depuis des décennies sans rien de plus qu'une clé ou un certificat. La chaine de certificats rempli ce rôle depuis des lustres et tout fonctionne correctement sans pomper l'équivalent en ressource d'un pays de petite taille...

    J'ai interconnecté des systèmes d'entreprise avec les systèmes des banques et de certains organes de l'état Luxembourgeois et toujours pas de blockchain à l'horizon. Et personne n'en veut dans ce domaine. J'ai d'ailleurs eu l'occasion d'en discuter avec un ancien collègue ce week end et SAP abandonne sa blockchain as a service petit à petit. Un signe que dans l'industrie ça ne prend pas.

    Maintenant soyons honnête, à part permettre de faire circuler du fric pour les cryptos (on ne génère pas vraiment de valeur) et tenter de créer un nouveau marché de l'art (temporairement) dérégulé pour les NFTs, la blockchain n'a pas d'autre application de grande ampleur. Aucune. Ou alors qu'on me donne un exemple concret.

    Et c'est pas grave. On fait du fric avec la blockchain depuis des années et ça se respecte tout autant que d'en faire avec la bourse. Mais c'est rien de plus de que ça.

    Pas de grande avancée technique ou même de formidable moteur pour l'innovation. C'est les mêmes arguments que les boursicoteurs emploient depuis très longtemps, une piste peut-être 😉

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.